L'IT au féminin : nos collaborateurs témoignent !

À l’occasion de la Journée Internationale des Droits de la Femme et de la Journée de la Femme Digitale, respectivement les 8 mars et 17 avril, le Groupe HELPLINE souhaite recontextualiser le besoin et la nécessité de se concentrer sur ces 2 temps forts annuels.

Le 8 mars n’est pas la fête de la femme ! Il n’est pas question d’offrir une rose à une collaboratrice parce que c’est une femme, mais plutôt de se demander pourquoi en 2021 nous avons encore besoin de relever cette date dans le calendrier.

HELPLINE a choisi de donner la parole à ses collaboratrices qui, chacune avec son vécu de femme dans l’IT, nous témoigne une facette de la réponse à cette question : « Pourquoi parler de ces journées ? ».

Laurence Yvon, Responsable d'offre

Laurence Yvon est Responsable de l'Offre Hypermobilité chez ExperTeam, filiale du Groupe HELPLINE. Très tôt passionnée par l'IT, elle nous partage son parcours et nous raconte comment elle a cassé les "a priori".
Lire la suite Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Savais-tu que ce sont des femmes qui ont posé les premières bases de l’informatique ? Elles sont d’ailleurs les premières programmatrices au début du XXème siècle, puis elles ont largement contribué à la création du développement de logiciels dans les années 1960.

Absolument pas ! Je trouve cela dommage que leur rôle ait été oublié et il faut, clairement, que le plus grand nombre le sache !

 

Laurence, parle-nous de ton parcours professionnel.

Depuis très jeune, j’ai toujours été attirée par le secteur de la technologie. À l’entrée au lycée au début des années 2000, ne me projetant pas dans les autres filières, il m’a semblé évident de suivre un cursus technologique et de passer un baccalauréat axé sur l’informatique. Sur la totalité de la classe, nous n’étions que 4 ou 5 jeunes filles. Par la suite, parmi mes camarades féminines, je suis la seule à avoir poursuivi mes études dans une filière informatique en intégrant un BTS dédié. Sur les 30 étudiants de ma promotion, nous étions 2 femmes ! Et je suis également la seule des deux à avoir poursuivi dans ce domaine vers la préparation d’un diplôme d’Administrateur Systèmes & Réseaux en alternance. J’ai constaté, sans me l’expliquer, que les femmes ne poursuivaient pas dans cette direction.

Lorsque j’ai passé mon diplôme d’Administrateur Systèmes & Réseaux, j’étais la seule femme parmi tous les étudiants convoqués au centre d’examen pour ce cursus. Les autres jeunes femmes présentes, peu nombreuses par rapport aux hommes, l’étaient pour passer un diplôme de développeur. 

En 2006, après l’obtention de mon diplôme, je suis recrutée par une entreprise de services IT. Durant près de 15 ans, chez les clients pour lesquels je travaillais, je n’ai rencontré qu’une poignée de femmes sur des postes à responsabilité technique, dont la majorité étaient des collaboratrices de terrain du Groupe HELPLINE ! C’est d’ailleurs grâce à des projets clients partagés avec elles que j’ai eu envie de rejoindre cette entreprise.

Je contacte donc ExperTeam, une filiale du Groupe HELPLINE, en 2020. À cette époque, ExperTeam a pour projet de lancer une nouvelle offre liée à la mobilité IT. L’entreprise me propose alors d’en prendre les rênes en la formalisant et en montant une équipe dédiée. C’est ainsi que je deviens Responsable de l’offre Hypermobilité. L’offre que je porte a pour objectif de construire et déployer une stratégie de mobilité au sein des entreprises en permettant aux utilisateurs d’avoir la même expérience sur tablette et smartphone que sur leur ordinateur. Je suis heureuse et fière d’occuper un poste aussi riche en termes de responsabilités et d’activités.

 

En tant que femme, as-tu rencontré des difficultés particulières tout au long de ta carrière ?

J’ai eu la chance de travailler avec des mentors et des personnes inspirantes qui, en sachant porter leurs équipes, moi y compris, m’ont beaucoup apporté. Je souligne que je n’ai pas, une seule fois dans ma carrière, subit de discrimination liée au niveau de salaire.

Mais j’ai aussi rencontré des personnes ne comprenant pas ce qu’une femme faisait là, à un poste aussi technique ! Des anecdotes pouvant aujourd’hui sembler drôles, mais qui sont aussi très révélatrices d’une époque qui, fort heureusement, a évolué :

  • Plus jeune, l’équipe pédagogique de mon école m’a demandé pourquoi aller dans une filière de formation informatique ;
  • En entretien de recrutement, un recruteur m’a fait comprendre que je n’aurais pas le poste car j’étais une femme et jeune donc selon lui, ce n’était pas possible de manager une équipe principalement composée d’hommes ;
  • Et lors de mes premières années dans la vie active, un client m’a demandé pourquoi me faire confiance et, plus précisément, si moi-même j’aurais confiance dans les capacités d’un garagiste si c’était une femme !

J’ai toujours gardé confiance en mes capacités et j’ai prouvé, quand il le fallait à ceux qui en doutaient, que j’étais compétente et avais ma place autant qu’un homme.

Heureusement, les mentalités évoluent mais pendant longtemps, en tant que femme dans la Tech, nous avons dû travailler encore plus et prouver notre légitimité dans cette industrie. 

 

Que conseillerais-tu aux jeunes femmes souhaitant se tourner vers l’IT ?

Mon conseil serait de leur dire d’oser et de se faire confiance ! De manière plus générale, peu importe le secteur d’activité, il faut se donner les moyens d’aller là où son cœur tend et ne pas se mettre de freins psychologiques. Tout est possible à qui s’en donne les moyens !

 

Des Journées telles que celles des Droits de la Femme et de la Femme Digitale résonnent-elles en toi ?

Ce qui m’interpelle c’est qu’en France, en 2021, nous avons encore besoin de ce type de Journée pour rappeler des choses qui, pour moi, sont fondamentales et évidentes : notre égalité vis-à-vis des hommes, notre possibilité de réaliser ce que l’on ambitionne, de devenir qui l’on souhaite.

Ces Journées peuvent avoir un intérêt si elles ne basculent pas dans le côté sexiste en infériorisant, involontairement, la place de la femme vis-à-vis de celle de l’homme. Bien entendu, il est indéniable qu’il ne faut pas oublier que si aujourd’hui, en tant que femmes, nous avons les mêmes droits et possibilités que les hommes aussi bien professionnellement que dans la vie du quotidien, c’est grâce à nos aînées qui se sont battues pour cela.

Fermer Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Lucile Alboury, Technicienne Service desk

Lucile Alboury a rejoint HELPLINE en 2013 et occupe un poste de Technicienne Service desk. Elle nous parle de son métier qui s'est présenté comme une évidence et de l'importance de se faire confiance pour réussir dans l'IT ou ailleurs.
Lire la suite Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Savais-tu que ce sont des femmes qui ont posé les premières bases de l’informatique ? Elles sont d’ailleurs les premières programmatrices au début du XXème siècle, puis elles ont largement contribué à la création du développement de logiciels dans les années 1960.

Je connaissais vaguement ce fait, sans plus de détails. Depuis plusieurs semaines, je m’auto-forme en ligne. J’ai redécouvert ce passage de l’Histoire dans des vidéos de formation de Google !

 

Lucile, parle-nous de ton parcours professionnel.

J'ai d'abord été traductrice technique, principalement dans le domaine informatique. Cependant, le fait de travailler toute la journée devant un écran sans aucun relationnel et ne pas avoir de retour sur ce que je faisais m’a poussé à vouloir changer de métier.

C’est ainsi que j’ai décidé d'acquérir des connaissances informatiques techniques, pour pouvoir apporter une aide concrète aux utilisateurs qui peuvent vite se sentir désemparés en cas de problème ! Pour me lancer, j'ai d'abord effectué un bilan de compétences avec Pôle Emploi, puis une formation de 8 mois dans un GRETA. J'ai trouvé un CDD rapidement à l'issue de ma formation. Juste après cette première expérience j’ai intégré HELPLINE : c’était en 2013 ! Ce que j’aime dans mon métier de Technicienne Service Desk et trouve gratifiant, c’est le fait de pouvoir apporter de l'aide, de chercher des solutions, et, mieux encore, de pouvoir apporter une certaine autonomie aux utilisateurs comme leur apprendre à récupérer leurs mails supprimés, leur permettre finalement de ne plus à être tributaire du support informatique pour des demandes basiques.

J’étais à la recherche d’un métier dans l’informatique où je pouvais apporter une aide concrète aux autres, avoir des contacts humains et percevoir concrètement les résultats de mon travail. Le métier de Technicienne Service Desk était une évidence pour moi ! Je souhaite maintenant évoluer vers plus de technicité et faire de l'Administration Système pour pouvoir monter en compétences.

 

En tant que femme dans l’IT, as-tu déjà été confrontée à des a priori ?

J'ai intégré cet univers sans me poser de questions sur mon genre et l'image que j'allais donner de la femme.

Je crois qu'en général, les gens sont contents de travailler avec moi, peu importe que je sois une femme. Je n’ai rencontré aucune barrière, aucune résistance. Je crois cependant que les barrières se font en amont, d’où l’importance de sensibiliser les jeunes filles et les femmes aux métiers du numérique !

 

Que conseillerais-tu aux jeunes femmes souhaitant se tourner vers l’IT ?

De foncer, c'est tout.  C'est comme n'importe quel métier. On se forme, on apprend et on évolue dans ce qu'on a envie de découvrir. Il faut se faire confiance.

 

Des Journées telles que celles des Droits de la Femme et de la Femme Digitale résonnent-elles en toi ?

La Journée Internationale des Droits de la Femme est pour moi une journée qui ne devrait pas avoir besoin d'exister ! Elle est d'ailleurs souvent ramenée à « la journée de la femme » où, soudain, on se met à penser à elle et à parler d'elle, mais plutôt dans un but commercial (cadeaux, fleurs, rouges à lèvre…), en oubliant le plus important : son droit à être traitée aussi humainement et équitablement que l'homme.

Je ne connaissais pas la Journée de la Femme Digitale.

Cela m’interpelle que l'homme et la femme soient sans cesse présentés comme des genres en conflit l'un contre l'autre, ou en déséquilibre l'un par rapport à l'autre. Alors qu'on pourrait tirer parti de la complémentarité des uns et des autres pour trouver un bon équilibre et une plus grande harmonie !

 

Fermer Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Mathilde Arconte, Développeuse Web & Graphiste

Mathilde Arconte est Développeuse Web & Graphiste chez myConnectedCompany, une marque HELPLINE. Elle revient sur son parcours et nous livre son regard sur la richesse du secteur du numérique et la nécessité pour les femmes d'y prendre part.
Lire la suite Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Savais-tu que ce sont des femmes qui ont posé les premières bases de l’informatique ? Elles sont d’ailleurs les premières programmatrices au début du XXème siècle, puis elles ont largement contribué à la création du développement de logiciels dans les années 1960.

J’étais au courant. Malheureusement, cela a complètement été effacé de l’Histoire en étant repris par des hommes. Je trouve dommage le fait que cela ne nous soit pas appris à l’école et qu’il faille faire des recherches pour en savoir plus à ce sujet. Je suis convaincue qu’en tant que Femmes, c’est à nous de remettre ce sujet en avant et de le faire connaître au grand public.

 

Mathilde, parle-nous de ton parcours professionnel.

Passionnée d’art, j’ai d’abord fait des études dans ce domaine. Après avoir intégré une école d’art, j’ai ensuite suivi un cursus en arts appliqués et design. Cependant, lorsque je me suis lancée sur le marché du travail, j’ai été confrontée à la problématique suivante : toutes les entreprises que j’ai rencontrées en candidatant pour un poste de graphiste me demandaient des compétences en développement Web. Je me suis donc tournée vers une première formation de 9 mois, puis vers une formation diplômante en webdesign, coding et développement web. En parallèle, j’ai rejoint l’Ecole 42 pour encore mieux maîtriser le coding.

Après une expérience professionnelle au sein d’une startup en tant que web développeuse, j’ai eu envie de rejoindre une entreprise qui me permettrait d’effectuer d’autres missions.

Chez myConnectedCompany, j’occupe ainsi le poste de Développeuse Web et Graphiste. Avec cette double casquette, je participe à la conception des projets clients dans leur intégralité. En effet, pour chacun d’eux, je suis présente dès les premières étapes de réflexion sur l’expérience utilisateur et sur l’ergonomie. Je travaille également sur le webdesign puis sur le code de la solution développée pour le client. Grâce aux différentes facettes de mon métier, je suis en contact régulier avec les équipes marketing, développeurs, commerce, etc., ce qui me permet d’avoir une vue et une compréhension globales sur les enjeux des projets que je réalise.

Aborder tous les aspects de la conception et de la création de projets tout en travaillant avec une diversité d’équipes fait que chaque semaine est différente d’une autre et que j’apprends quotidiennement. Cela est réellement très enrichissant et me permet de m’épanouir dans mon travail. 

 

En tant que femme dans l’IT, as-tu déjà dû faire face à des préjugés ?

Lorsque j’étais en formation, j’ai parfois été confrontée à des a priori, certains pensant que j’avais besoin d’aide pour comprendre les choses !

En tant que femme dans un milieu très masculin, on peut aussi parfois se sentir un peu seule ou ressentir une différence de traitement, qui peut être positive ou négative en fonction des situations. Dans tous les cas, il faut avoir confiance en soi, ne pas douter de ses capacités ou de ses idées et savoir s’imposer !

 

Que conseillerais-tu aux jeunes femmes souhaitant se tourner vers l’IT ?

Je leur dirais de ne pas avoir peur des clichés ni se dire que ce n’est pas possible d’évoluer dans un milieu professionnel masculin. En prenant confiance en elles et avec le temps, elles sauront faire face à n’importe quelle situation pouvant être déroutante lorsque l’on est la seule femme dans un milieu d’hommes.

Je pense aussi plus généralement que le monde de l’IT est un monde très vaste et où la diversité est le maître mot. Je suis profondément convaincue qu’il y a de la place pour tout le monde. C’est parce que nous arrivons dans cette industrie depuis différents horizons et métiers initiaux, avec nos expériences et nos vécus personnels, que ce secteur évolue si vite et est si passionnant.

 

Des Journées telles que celles des Droits de la Femme et de la Femme Digitale résonnent-elles en toi ?

Je connais bien sûr la date du 8 mars. En revanche, j’ignorais que celle de la Femme Digitale, le 17 avril, existait. Que ce soit dans mes études ou mes précédentes expériences, je n’en avais jamais entendu parler. Cela m’interpelle, je me sens directement concernée. Je suis heureuse que l’on mette en avant les femmes dans le numérique. Aujourd’hui, le digital représente le monde dans lequel nous vivons mais aussi le monde de demain. En tant que femmes, nous nous devons d’en faire partie et de prendre notre place sans attendre que les hommes nous en donnent la permission.

Fermer Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Razika Dahmani, Delivery Manager

Razika Dahmani, Delivery Manager chez HELPLINE, ne se destinait pas à l'IT et ne regrette pas une seule seconde son choix. Elle revient sur son parcours et nous partage ses observations dans son quotidien de travail.
Lire la suite Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Savais-tu que ce sont des femmes qui ont posé les premières bases de l’informatique ? Elles sont d’ailleurs les premières programmatrices au début du XXème siècle, puis elles ont largement contribué à la création du développement de logiciels dans les années 1960.

Je l’ignorais et je trouve cela dommage que ces faits soient totalement méconnus. 
 

Razika, parle-nous de ton parcours professionnel.

Après des études en commerce international, j’ai rejoint une grande entreprise française des télécoms en tant que Conseillère Clientèle. Cette entreprise m’a donné la chance de pouvoir gravir les échelons pour finir, 17 ans plus tard, par y occuper le poste de Manager des Appels d’Offres Publics.

J’ai ensuite eu envie de sortir de ma zone de confort, d’élargir mon champ de compétences et de me fixer de nouveaux challenges. C’est ainsi que j’ai suivi une formation en Management et Marketing Digital. À la suite de cette formation, j’ai été recrutée par HELPLINE au poste de Delivery Manager. 

Je manage au quotidien une équipe de Techniciens de Proximité en France et une équipe de Techniciens Service Desk en Roumanie. Mon rôle consiste à piloter et optimiser nos ressources pour garantir la satisfaction client, le respect de nos engagements contractuels et l’atteinte de nos objectifs internes.

Initialement, l’informatique n’était un secteur vers lequel j’aurais pensé me tourner. Mais je ne regrette absolument pas mon choix ! Chaque journée est différente et je ne cesse d’apprendre et de découvrir au quotidien. Cela est encore plus vrai avec la digitalisation et le développement continu des nouvelles technologies.

 

As-tu une anecdote de quotidien de travail à nous partager ?

Ce que j’observe dans mon quotidien de travail, et qui est très certainement révélateur, c’est que le métier de Technicien de Proximité est davantage incarné par des hommes ,et celui de Technicien Service Desk, qui repose en premier lieu sur les compétences linguistiques, par des femmes.

Par exemple, à l’heure actuelle, mes équipes sont composées à 100% d’hommes pour les techniciens de proximité et 100% de femmes pour la partie Service Desk. Cela n’est en aucun cas un choix de l’entreprise. Ces recrutements correspondent aux candidatures reçues à l’instant T pour ces postes. De mon point de vue, les femmes ont davantage tendance à se tourner vers des études en langues étrangères, d’où cette proportion dans le métier de Service Desk.

Nous serions ravis chez HELPLINE de voir ces tendances s’équilibrer. C’est pourquoi notre entreprise œuvre tant pour l’inclusion des femmes. Celles ayant de l’appétence pour l’IT ne doivent pas se mettre de freins pour postuler à des postes davantage terrain.

Je suis convaincue que c’est involontairement que certains secteurs et métiers se sont cloisonnés. Les hommes ont eu tendance à se tourner vers certains types de métiers, notamment dans l’informatique, il y a une vingtaine d’années. Les femmes y sont tout autant légitimes, y compris à des postes terrain ou à responsabilités. Elles ne doivent plus se mettre de barrières psychologiques mais se donner les moyens d’atteindre leurs objectifs professionnels dans l’IT mais également dans le secteur de leur choix. 

 

Que conseillerais-tu aux jeunes femmes souhaitant se tourner vers l’IT ?

Je n’aurais qu’un mot à leur dire : Osez ! Certes l’inconnu peut décourager mais il faut combattre les a priori et aller de l’avant pour découvrir.

 

Des Journées telles que celles des Droits de la Femme et de la Femme Digitale résonnent-elles en toi ?

Complètement. En tant que femme, je suis sensible à ces thématiques. Je suis émue par ce qui peut se passer dans le monde concernant les conditions des femmes. Cependant, je trouve cela incroyable qu’il faille, en France, en 2021, encore ce type de Journées.

On ne peut cependant nier le fait que les choses avancent. Doucement dans de nombreux secteurs, beaucoup plus rapidement dans l’industrie du Digital. Dans ce secteur, les femmes sont très engagées et solidaires, elles s’entraident beaucoup.

 

Fermer Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Guillaume Thiriez, Service Delivery Manager

Guillaume Thiriez est Service Delivery Manager chez HELPLINE. Unique portrait masculin de notre galerie, nous l'avons questionné sur son regard vis-à-vis de la place de la femme dans l'IT
Lire la suite Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Savais-tu que ce sont des femmes qui ont posé les premières bases de l’informatique ? Elles sont d’ailleurs les premières programmatrices au début du XXème siècle, puis elles ont largement contribué à la création du développement de logiciels dans les années 1960.

Je ne le savais pas du tout. En revanche, j’ai appris qu’au 19ème siècle, à une époque où les hautes études scientifiques étaient réservées aux hommes, qu’une femme, Sophie Germain, s’était battue pour devenir mathématicienne. Elle est décédée peu de temps avant que ses travaux ne soient reconnus. Son histoire et sa détermination dès l’âge de 13 ans à devenir scientifique m’ont beaucoup marqué.

 

Guillaume, parle-nous de ton parcours professionnel.

Mon expérience professionnelle s’articule autour du management dans différents secteurs d’activités mais aussi dans celui de l’IT et des Centres de Services ! J’ai travaillé aussi bien en France métropolitaine qu’à l’étranger (Antilles, Afrique de l’Ouest, Afrique du Nord, Madagascar). Il s’agissait d’un choix personnel, je souhaitais également pouvoir donner à mes enfants la chance de pouvoir découvrir et s’immerger dans différentes cultures.

Après avoir été Directeur d’un Centre de Services pendant 6 ans chez un concurrent, j’ai rejoint HELPLINE, il y a deux ans, en tant que Service Delivery Manager. J’opère la gestion et le suivi des contrats clients en étant présent dès l’avant-vente, en participant à l’accompagnement stratégique, en gérant les équipes en place ainsi que les différents aspects contractuels.

L’IT est un secteur vaste qui ne se limite pas à de la technique. Ce que j’aime dans mon métier, c’est sa richesse tant par les différentes briques de services que nous proposons et qui évoluent dans le temps avec la technologie que par la découverte et la compréhension des activités et enjeux métiers de nos clients.

 

En tant qu’homme, comment vois-tu la place de la femme dans l’IT ?

De par mon expérience, j’avais remarqué que les métiers en Centres de Services étaient davantage incarnés par des femmes et ceux de l’IT technique par des hommes. Nous ne recevons pas autant de candidatures féminines que masculines sur des postes techniques et nous le regrettons. Dans mes équipes, c’est dans les métiers du support que l’on retrouve les femmes. Ce que j’observe, dans mon quotidien de travail, c’est qu’elles compensent certaines compétences technologiques par une efficacité, un respect des procédures, un sens du travail et une organisation très souvent plus marqués que les hommes.

Hormis cela, je ne m’étais pas réellement posé la question de la place de la femme dans l’IT jusqu’à ce que ma fille souhaite intégrer une école d’ingénieurs.  C’est à ce moment, en voyant le fort intérêt de toutes les écoles rencontrées pour les candidatures féminines, que j’ai réalisé que très peu de jeunes filles s’orientaient vers des filières de la Tech et de l’Ingénierie et que de nombreuses actions étaient menées pour les attirer.

Chez HELPLINE, nous faisons notre maximum pour apporter de la mixité dans nos équipes sur la gestion de nos opérations. Cela est un choix de notre Groupe en tant qu’Entreprise Engagée, et c’est également de plus en plus demandé par nos clients.

Je suis convaincu que les femmes, grâce à leur approche différente d’aborder aussi bien notre activité que la relation client et le management d’équipes, amènent une réelle valeur ajoutée à nos métiers. Je trouve, et cela est une très bonne chose, qu’elles s’imposent de plus en plus, dans leur profession. En ce sens, j’aime beaucoup travailler avec des femmes pour leur honnêteté intellectuelle. Elles sont indispensables pour la bonne évolution de notre industrie et, donc, pour le monde de demain.

 

Que conseillerais-tu aux jeunes femmes souhaitant se tourner vers l’IT ?

La Tech est un univers très vaste qui offre de nombreuses opportunités. Il y a forcément, même sans compétences IT, un poste pour elles au sein duquel elles s’épanouiront professionnellement.

Pour celles qui auraient une appétence pour l’informatique « pure et dure », je leur dirais qu’elles ne doivent pas se mettre de barrière ou avoir de craintes. Elles sont tout aussi capables que les hommes.

L’IT n’est pas un secteur réservé aux hommes. Les femmes y ont leur place autant que les hommes. Il est nécessaire de faire tomber les barrières psychologiques et les craintes quant à cela. 

 

Quelle est ton opinion sur les Journées des Droits de la Femme et de la Femme Digitale ?

J’espère qu’un jour les thématiques défendues par ces deux Journées n’auront plus lieu d’être.

Je ne connaissais pas la Journée de la Femme Digitale. Celle-ci peut-être utilise pour sensibiliser et faire la promotion de nos métiers qui s’adressent, encore une fois, autant à des hommes qu’à des femmes.

Fermer Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Hélène Ledieu, Office Manager

Hélène Ledieu a rejoint HELPLINE en qualité d'Office Manager en 2019 après une longue expérience dans la vente. Elle partage son épanouissement au sein de l'entreprise qui a su répondre à ses attentes tout en soulignant le dynamisme du secteur IT.
Lire la suite Flèche bleu@3x Created with Sketch.

Savais-tu que ce sont des femmes qui ont posé les premières bases de l’informatique ? Elles sont d’ailleurs les premières programmatrices au début du XXème siècle, puis elles ont largement contribué à la création du développement de logiciels dans les années 1960.

Je l’ai découvert seulement l’année dernière grâce à des affiches dans les locaux de HELPLINE ! Cela m’a interpellé et j’ai fait des recherches pour en savoir plus !

 

Hélène, parle-nous de ton parcours professionnel.

Après un baccalauréat professionnel spécialisé en Commerce, j’ai travaillé près de 8 ans dans le secteur de la vente. J’ai décidé de reprendre mes études l’année dernière et de suivre un BTS Support à l’Action Managériale en alternance. J’effectue, celle-ci, chez HELPLINE Nord au poste d’Office Manager. J’y assiste tous les pôles de la Direction (direction régionale, RH, marketing, communication interne, évènementiel, …).

Je voulais rejoindre une entreprise de la Tech car c’est, selon moi, un secteur porteur et en constante évolution. Mon expérience chez HELPLINE me le confirme. Je ne regrette absolument pas d’avoir rejoint cette entreprise qui créé de l’emploi et œuvre pour l’inclusion des femmes dans le numérique.

 

Au sein de ton poste, as-tu déjà eu à combattre certains préjugés ?

Le poste d’Office Manager peut être considéré comme un poste de secrétaire. Je me suis déjà entendue être appelée « la dame de l’accueil » ! Il s’agit principalement d’un manque de connaissance et non du dénigrement. Lorsque j’explique aux personnes en quoi consiste mon métier, les a priori tombent immédiatement !

Le dialogue et la communication permettent de mettre fin aux préjugés.

De manière plus générale, je pense qu’il y a de moins en moins d’a priori dans le secteur de la Tech avec l’arrivée des nouvelles générations. S’il y a eu beaucoup plus d’hommes pendant longtemps dans ce secteur et à certains postes, c’est parce que notre société l’a formaté ainsi. Aujourd’hui, les mentalités évoluent positivement.

 

Aurais-tu une anecdote à nous partager en tant que femme dans une entreprise IT ?

Je ne suis pas directement concernée mais le fait que HELPLINE nomme une femme en tant que Service Delivery Manager m’a émue car il y a peu de femmes à ce type de poste dans la Tech. Je suis également fière d’être dans une entreprise dans laquelle de nombreuses femmes ont des postes à responsabilités.

 

Que conseillerais-tu aux jeunes femmes souhaitant se tourner vers l’IT ?

Je leur dirais qu’elles ne doivent pas se fermer aux possibilités qui s’offrent à elles ni se mettre de barrière.

 

Des Journées telles que celles des Droits de la Femme et de la Femme Digitale résonnent-elles en toi ?

La Journée des Droits de la Femme est forcément très importante pour lutter contre certaines conditions de la Femme dans le monde. En France, je pense qu’elle doit surtout servir à ne pas oublier que nos droits ne sont pas innés et que des femmes, avant nous, se sont battues que nous puissions les acquérir. Cependant, je ne souhaite pas que cela tombe dans l’étiquette du féminisme.

Quant à la Journée de la Femme Digitale, elle est le symbole, je pense, de la féminisation des métiers du numérique. Si elle peut participer à l’inclusion des femmes dans le digital, susciter des vocations et créer de l’emploi, alors je trouve que c’est une bonne idée ! Cette Journée doit être aussi l’occasion d’échanger beaucoup entre nous et ainsi de faire émerger de nouvelles idées.

Fermer Flèche bleu@3x Created with Sketch.